lorenzo

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La cambuse de l'ailleurs

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 11 novembre 2010

La jonque chez quatre navigateurs de renom  -  Récits de voyage   

Des personnage qui ont marqué l'histoire maritime,
très peu se sont tournés vers ce gréement bardé de bambous.
Joshua Slocum, Eric de Bisschop, Blondie Hasler, Bernard Moitessier,
ces quatre là ont été séduits par cette voilure
qui exprime bien tout le génie de l'Asie orientale.

Lire la suite...

L'œuvre du photographe chinois Fan Ho

Fan Ho, photographe et cinéaste, est né à Shanghai en 1932.
Par la suite, toute la famille déménagera vers Hong Kong,
cette ville étonnante qu'il commencera à prendre en photo,
en utilisant un Rolleiflex, cadeau paternel.
En début fréquent de parcours,
Fan Ho a vécu la photographie comme un passe-temps,
errant dans les rues et les ruelles.

Très grande maitrise de la composition,
sens aigu de l'abstraction,
tout en contraste lumineux, visuel, formel.
Et la poésie en maitre mot.

Ses prises de vues maritimes figurent
parmi les plus belles jamais réalisées de ce coté-ci de la planète.


Je ne sais pas comment est né mon intérêt pour l'Asie,
et l'univers nautique qui s'y rattache.
Peut-être "Les tribulations d'un chinois en Chine" de Philippe de Broca,
Un film que j'ai du voir dans les années du début de ma deuxième dizaine.
S'y exprime tout l'exotisme extrème-oriental et son raffinement ancestral.
Affinités électives…




POUR UNE MEILLEURE VISON, passez en mode plein-écran,
après début de lecture.
(en haut, milieu/droit)

Si la fenêtre ci-dessous et celles qui suivent, n'apparaissent pas,
c'est que le lecteur Flash de votre navigateur internet
n'est plus vraiment à jour.
La mise à jour ici : :Flashplayer





http://s.joomeo.fr/4cde6c7933a24


mercredi 10 novembre 2010

Etienne Sigaut, l'arpenteur des quais de Shanghai

Ces images sont tirées d’un fonds photographique inédit appartenant au musée national de la Marine, et furent réalisées par un Français, Etienne Sigaut (1887-1983), lors de ses séjours prolongés à Shanghai dans la première moitié du XXe siècle. Ce travail, à l’approche ethnographique avant la lettre, contribue grandement à la compréhension de la marine à voile chinoise.

Étienne SIGAUT (1887-1983), né à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine) où son père était en garnison, n’est pas un marin. De formation juridique et commerciale, sa carrière professionnelle s’est d’abord déroulée au sein de la compagnie des Messageries Maritimes et pour laquelle il travaille à Shanghai à deux reprises, de 1911 à 1912 en qualité de commis, puis d’agent de 1923 à 1928. Après son départ des Messageries, c’est en tant que courtier indépendant qu’il continue son activité au sein de la Concession Française de Shanghai. C’est en vivant à Shanghai et en fréquentant quotidiennement les quais de cette immense cité portuaire qu’il enregistre sa documentation sur la marine à voile chinoise.

Les photographies en noir et blanc, de formats différents, sont réunies dans des dossiers, sortes de cahiers photographiques faisant le pendant des cahiers manuscrits (en cours de traitement en vue d’une publication par Paola CALANCA, EFEO, et Eric RIETH, CNRS-LAMOP), accompagnés de légendes développées et datées. Au total, ce sont une quarantaine de dossiers comprenant, selon les cas de dix à quinze photographies, qui constituent une mémoire visuelle des quais de Shanghai et, notamment, du quai de France. Au fil des cahiers sont photographiées les coques des jonques en vues d’ensemble, mais surtout en vues de détail offrant ainsi une vision unique des décorations, de l’accastillage, des apparaux. Par ailleurs, SIGAUT ne s’est pas contenté de photographier à partir des quais. Il est également monté à bord des jonques et a de la sorte réalisé des prises de vues très rarement faites montrant les aménagements du pont, les équipements de cuisine, le matériel de bord, le gréement.

Enfin, les hommes sont très fréquemment présents, marins, pêcheurs, dockers. Pour Etienne SIGAUT, les bateaux vernaculaires, en l’occurrence les multiples familles régionales des jonques chinoises, à travers leurs aspects architecturaux (forme, structure, propulsion, direction, emménagements) et fonctionnels, sont considérés comme des sujets d’histoire porteurs d’une culture singulière dont il importe d’enregistrer et de conserver la mémoire par l’observation, le dessin, le relevé architectural et la photographie. Une fois la documentation réunie, il poursuit l’étude par le biais de l’analyse et de la comparaison. À la rigueur de son discours ethnographique, clair, précis, argumenté, il ajoute une part non négligeable de sensibilité transmise par le biais du trait et des couleurs de ses dessins, et par le noir et le blanc de ses photographies.

Son travail s’insère dans la continuité de la tradition scientifique initié par l’amiral Pâris (1806-1893) et qui a présenté au cours du 20e siècle d’autres essais de qualité, tels les études de Audemard, Donnelly, Waters et Worcester, et les complète en portant une attention particulière à la morphologie des coques, aux emménagements et aux équipements du bord, ainsi qu’aux décorations des bateaux. Les Cahiers manuscrits d’Étienne SIGAUT et ses photographies constituent deux exceptionnels ensembles de documents inédits pour l’essentiel, conservés dans les collections du Musée National de la Marine à Paris.



POUR UNE MEILLEURE VISION,
optez pour le mode plein-écran,
possible après démarrage de la lecture.



Le panier à jonques

Voici regroupées à peu près toutes les photos de jonques
que j'ai pu trouvé sur la toile.
Bien sur, ce florilège n'a rien d'exhaustif.

Il vous donnera une idée de la grande diversité de formes  de cette voilure
dont l'apparition daterait du troisième millénaire avant J.C.

C'est vous dire si cette civilisation, située de l'autre coté du globe,
a une histoire plus ancienne que la notre…


Le premier diaporama
présente des jonques traditionnelles et anciennes (quoique…).
Le deuxième, des jonques plus récentes (quoique…)




POUR UNE MEILLEURE VISION,
optez pour le mode plein-écran,
possible après démarrage de la lecture.








vendredi 25 septembre 2009

Un peu d'humour, pour les petits et les grands…